CIRCEE
Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles

Categories

Accueil > Recherche > Communications > Psychiser le maître absolu : solutions pubertaires par le paranormal

Psychiser le maître absolu : solutions pubertaires par le paranormal

Résumé de la communication de Renaud Evrard le 12 juin 2009, au cours du colloque "L’adolescent et la mort" organisé par le CRPPC de l’Université Lyon II.

Résumé

L’intérêt d’une majorité d’adolescents pour le paranormal, comme théorie et comme expérience, se lit dans les statistiques de divers sondages, au point de l’élever au rang d’une banalité. Le contact avec le paranormal peut être motivé par la curiosité et l’ennui (Mischo, 1991), mais aussi impliquer des enjeux plus profonds dans un questionnement de la mort. Ainsi, le recours à une séance de spiritisme peut être une modalité d’exploration des limites du symbolique et des effets du signifiant, et une tentative de baliser ce qui est une des conséquences de la découverte de l’incomplétude du symbolique, la part de jouissance non phallique à laquelle le sujet se trouve nouvellement confronté (Le Maléfan, 2008). Cette mise en scène de la mort peut aussi apparaître, paradoxalement, comme une des formes du fantasme d’immortalité dégagé par Gutton (1993) au temps pubertaire. Avec l’intérêt pour des expériences dites de mort imminente (NDE) et le retour supposé des frontières de la mort, ce fantasme peut se développer pour devenir une solution provisoire pour élaborer un deuil ou un traumatisme. D’autres fois, l’image d’un adolescent déclencheur de phénomènes de hantise offre une voie pour faire figurer des fantômes de l’histoire familiale (Evrard, 2008). Plus généralement, il apparaît que les croyances au paranormal pourraient constituer une solution pubertaire portée par l’incroyable (Rosolato, 1976). Qu’en est-il alors des expériences dites paranormales parfois recherchées par les adolescents ? Nous essayerons de montrer, au travers de cas cliniques, comment l’adolescence, pensée comme un temps logique proche des états limites, peut subjectiver la mort, ce maître absolu, en la « psychisant », c’est-à-dire en se rapportant à des pratiques cultivées depuis plus d’un siècle par les sciences psychiques et le spiritisme.

Prochainement publiée dans la revue Adolescence.


Warning: mysql_query(): Unable to save result set in /home/circee/www/ecrire/req/mysql.php on line 193